Tentatives d’épuisement d’un lieu yverdonnois

Le groupe du lundi soir, avec Anne-Lise, se livre à un exercice d’écriture en extérieur. Muni d’un cahier, d’un sous-main et d’un stylo, chacun se rend sur un lieu de son choix, en ville, et écrit durant 45 minutes… Au préalable avaient été lues en cours des séquences de Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, de Georges Perec (1975).

IMG_6507

Place d’Armes

Le 31 août 2015 – Ciel bleu

La place de la Gare. Les wagons rouges avec des dessins dessus. Le wagon à la bouche de croco. Le bus Travis bleu-blanc-jaune. Le bus 603 avec la direction Blanchisserie, la pub L’anniversaire MaxiBazar -70%. Les bancs d’attente. Le bus La Poste jaune, direction Orbe. Le Travis 601 HEIG-Gymnase, avec sa pub Mazda les nouveautés du constructeur. Le car postal 675 Gressy-Belmont-Suchy-Chavornay, avec une adresse web www.carpostal.ch. Le conducteur a une chemise jaune, un pantalon noir, une ceinture noire en cuir, des baskets Adidas et une bouteille à la main.

Place d’Armes

Le 7 septembre 2015

Je vois la Coop, qui a une façade blanche comme neige avec des contours gris, avec trois passages pour y accéder ; les arrêts de bus, les écrans plats avec les horaires du bus, les machines à billets, le parking à vélos, le banc à double faces, les vélos avec un panier.

Edi

IMG_6509

Place Pestalozzi

Le 31 août 2015

Temps super chaud, un peu de vent. 

Le Trèfle gourmand est un restaurant convivial. Une grande tablée prend l’apéro. Une dame avec une magnifique robe blanche passe. Tout le monde sur la terrasse profite du beau temps. Un couple passe et se donne la main. Des personnes qui rentrent des courses passent sur la grande place Pestalozzi. Des personnes rentrent ou sortent de Payot. Un grand choix de livres. Pour tous les âges. Pas mal de cyclistes roulent sur la place. Une magnifique église en travaux. La pharmacie de la place vient de fermer. Des enfants passent en trottinette, deux dames se parlent en poussant un pousse-pousse, la petite pleure. Elle ne veut pas marcher. Sur la place passe un vélo. Au milieu de la place il y a une statue : un homme avec deux enfants.

Place Pestalozzi

Le 7 septembre 2015

Temps ensoleillé

Il y a du monde sur la place. Un homme marche vite. Il y a l’Hôtel de Ville où il y a les mariages et baptêmes. Une dame regarde la vitrine de la papeterie. Une jeune fille en longue robe jaune passe. Il y a du monde à vélo. Des personnes baladent des chiens. Le château est magnifique. Dans le château, il y a un musée. Dans la vitrine de la papeterie, il y a des poules de toutes les couleurs. La papeterie Schaer ouverte en 2005. La pâtisserie Le Trèfle. Son nouveau patron toujours souriant. De nouveaux serveurs qui sont toujours souriants. Et les anciens. Une groupe de militaires passe.

Sandra

Place Pestalozzi

Le 7 septembre 2015 

Aujourd’hui, il souffle. Un peu froid.

Il y a beaucoup de personnes rue du Milieu. Un Monsieur parle avec moi. Il porte un haut-parleur sur un sac, des lunettes solaires. Des jeunes parlent. Tout le monde se promène.

Rue du milieu: des boutiques, la pharmacie. Vers la place Pestalozzi, un monsieur et une petite fille qui passent. Un couple passe avec un pousse-pousse orange. Un pigeon qui attend qu’on lui donne à manger. Une personne qui passe vers la rue du Four. Une trottinette qui fait beaucoup de bruit. Une dame qui a fait ses courses chez Denner, avec des chaussures à talon aiguille. Elle fait attention sur les pavés. Il y a beaucoup de travaux.

Il y a un jeune homme qui passe rue du Milieu, avec un short. Il donne froid. Sur la place, Livreurs autorisés du lundi au vendredi 7h00 à 8h30. Pestalozzi 1746-1827. Monument érigé par souscription populaire MDCCCXC. Une dame qui attend. Un homme qui achète une fleur rose très belle. Une jolie vue sur la montagne depuis la rue du Milieu. Quatre hommes habillés en militaires. Une voiture qui ramasse le courrier, la poste de 18h35. Un couple qui mange au restaurant avec un enfant qui a fait une bêtise. Toute la famille a des lunettes solaires.

Angelica

Place Pestalozzi

Le 31 août 2015

Météo : il fait beau.

La statue de Pestalozzi, 1746-1827. Le Bazar d’Yverdon. Je vois la Pharmacie de la place. Mais aussi un garçon, la pâtisserie Le Trèfle. Une maman et son fils font du vélo, un  joaillier-créateur, une dame avec une poussette et son mari. Place de Lausanne 53 km, Administration communale, Café de l’Hôtel de Ville, La Grenette. Un panneau « Autorisé aux vélos », le magasin Papeterie Schaer. Sur la place, des livreurs, et Optique 2000 – Les soldes -50%.

Place Pestalozzi

Le 7 septembre 2015

Je vois deux couples, un qui se fait des bisous et un autre qui se fâche. Aussi un garçon avec son portemonnaie. Une dame avec son portable et deux couples avec une poussette.
50% sur les solaires, le magasin Michel mode masculine et aussi une dame avec son sac. Un panneau Entrée interdite à toute personne non autorisée. Deux dames avec une trottinette et quatre militaires qui se retournent tous ensemble pour regarder passer une jeune fille.

Doris

Aux îles Kerguelen

Image 11

Image 18

A la rentrée de septembre 2014, nous avons entrepris une lecture collective de Aux îles Kerguelen, de Laurent Margantin. Lecture prétexte à bien des commentaires et discussions ! Par exemple :

“Je suis allé le plus loin que je pouvais sur cette Terre pour me rapprocher de la littérature” : — il y est vraiment allé, à Kerguelen ?

« Je n’écris pas un roman, je n’ai donc pas besoin de décrire Port aux Français, voire d’énumérer tous les bâtiments qu’on y trouve” : — tant mieux !

Lecture collective à la fois sérieuse et goguenarde, sensible à la tonalité burlesque du récit, à l’auto-dérision du narrateur. Lecture d’un voyage — métaphore du cours ? — vers la lecture et l’écriture. En témoignent, les textes qui suivent, écrits à l’occasion de la sortie du livre aux Editions de la Revue des Ressources. (Aux îles Kerguelen a d’abord été publié sur le net, sous la forme d’un « blogbook » en ligne ici.)

Récit de M. Laurent Margantin

Aux îles Kerguelen, c’est le récit d’un écrivain sur une île. L’île est magnifique, avec des oiseaux, toutes sortes d’animaux, l’île est peu habitée par les hommes car là-bas il fait très froid et le temps est souvent mauvais. Il y a peu de touristes, beaucoup de scientifiques. Je pense que pour les gens qui aiment la découverte ça doit être intéressant à visiter, car c’est une île vieille peu explorée par les hommes. Pour moi c’est un peu difficile car j’aime le chaud. Pour moi, je trouve très courageux de se préparer à partir dans une île au bout du monde pour lire et écrire jour après jour et boire du thé et encore lire et écrire toute la journée et une bonne partie de la nuit. Et  sortir un peu pour admirer le paysage et partager avec les internautes dont je fais partie. Ça me permet de visiter une île dont je n’ai jamais entendu parler. Je vous encourage à l’explorer comme moi, c’est très intéressant.

Mimi

En lisant Aux îles Kerguelen de Laurent Margantin

Je me trouve bien. Je suis contente. Il a fait de jolies choses là-dedans.

Florida

Moi je trouve Laurent Margantin très courageux et solitaire, très fort très calme très patient, il faut aimer ça pour le faire, moi j’ai fait le voyage depuis l’Italie jusqu’en Albanie avec un bateau, j’ai pas aimé, j’ai été très malade presque une semaine. Je trouve très bizarre d’aller au bout du monde seulement pour lire.

Xhavit

Il est très courageux d’aller au bout du monde pour visiter, il fait beaucoup de photos il aime voyager, c’est un pays qui est très froid. Il faut aimer voyager et prendre le bateau.

Gordana

Laurent Margantin, c’est un écrivain solitaire, courageux et aventurier, un peu fou. Mais en même temps assez observateur des voyageurs pour leur comportement. Avec des livres où il s’évade dans d’autres réalités pour passer le temps.

Laurent Margantin part en voyage au bout du monde pour s’isoler et être tranquille pour écrire et lire. Il part en bateau aux îles Kerguelen, il part de l’île de la Réunion et il fait escale à Crozet. La traversée dure une dizaine de jours. A bord il y a une vingtaine de touristes, et des scientifiques qui vont sur l’île pour une année.

Le voyage en mer a été fortement tempétueux. Il raconte que les chaises sont fixées au sol et ça balance de tous les côtés, et puis c’est impossible d’écrire à l’ordinateur. Les passagers ont renoncé à rester dans leur cabine, ils disent qu’on y est encore plus malade. Il faut aller souvent chez le médecin pour prendre des comprimés.

“L’homme qui a rêvé du voyage et l’homme qui voyage n’ont rien en commun. Le premier ignore un jour avant le départ qu’il vivra fatalement des heures difficiles: il a la tête farcie d’images toutes merveilleuses. L’homme qui voyage et vit les heures difficiles a perdu ces images et ne voit que les vagues immenses s’élever autour de lui, et n’entend que le vent s’abattre sur le navire et le secouer. L’homme qui voyage maudit l’homme qui a rêvé du voyage parce qu’il l’a embarqué sur une mer déchainée. Et il se promet de ne plus jamais rêver de voyages, de tuer le rêveur en lui.” J’aime bien cette définition de l’homme qui voyage. En fait l’homme qui voyage, il parle de lui-même, et se surprend en bien et en mal.

Lui passe une bonne partie de sa journée en cabine pour récupérer les dernières nuits de sommeil. Les passagers, ils racontent avoir vu des baleines, mais lui préfère les oiseaux : les albatros.

Ils vont faire escale à l’île de la Possession où débarquent un médecin et un météorologue pour aller sur l’île au milieu de nulle part, il n’y a que des rochers à nu et pas de végétation. Il raconte être le seul Réunionnais à bord, il dit qu’il a froid et que les autres sont bien habillés avec des pulls et imperméables, en fait ils sont mieux équipés. Il y a aussi une infirmière à bord, elle lui a trouvé un surnom : l’ours bleu.

Emilia

Bonjour Monsieur Margantin

En tout cas bravo ! Ça c’est un vrai voyage, et d’un grand voyageur. J’ai beaucoup d’admiration pour vous, j’aime votre façon de voir les choses. C’est un peu compliqué de comprendre votre manière de lire, au bout du monde, dans un endroit catastrophique. C’est incroyable toute cette aventure, je vous trouve intéressant, sauvage, extrémiste, les gens comme vous je n’en connais pas beaucoup. Merci de me faire connaître un peu Kerguelen que je trouve rustique, terrifiante et magnifique.

Debura

Cadavres exquis

A partir de mots découpés, avec Anne-Lise

Groupe du lundi matin

Dans nos rêves…

Le temps unique répète la magie unie,

Le monde technique découvre le château philosophique,

Les étoiles roses voient un beau défi,

Une joue précieuse rêve d’un climatiseur superbe,

Trois chevaux uniques aiment le roi vaste,

La maison explosive ronge le jour savoureux,

Et la terre effroyable aide l’ambiance adorable…

Groupe du lundi soir

Les loisirs paradisiaques sont une terre magique,

Le petit nord est le meilleur ciseau,

Le téléphone gratuit joue avec son regard flamboyant,

La porte claire prépare le garage froid,

La nuit douce bouscule un passé mitigé,

Un grand Noël hydrate les cadeaux privés,

Une soupe masquée est la bonne télé,

Les loisirs rouges décorent l’ambiance gratuite,

Et des chants valables jouent un Noël neuchâtelois…

Groupe du mardi matin

Les petits fruits ont aimé des boissons rouges,

Des tapis luxueux ont testé la mode exotique,

Le lundi hivernal s’est séparé de la région sombre,

Un incendie aromatique a rêvé d’un concours unique,

La grande magie a découpé le plaisir bio,

Et des people gourmands ont profité d’un internet olympique.

Groupe du mercredi soir

Un vendredi sale chante des bulles meilleures,

La neige grise marche sr l’ambiance alarmante,

Une porte fatiguée rêve le nord gratuit,

Et les arbres vastes gagnent le grand sport.

On n’entend pas comme on écrit

Image 42

Jeudi 30 mai 2013 au Café-théâtre du Bourg à Lausanne, dans le cadre du « Cabaret Tastemot », Lucienne Olgiati, Ahmed Belbachir, Edmond Vullioud, Fabrice Melquiot et Renaud Schaffhauser ont lu On n’entend pas comme on écrit, un montage des textes écrits dans les ateliers d’écriture de la section du Nord-Vaudois depuis 2011.

Merci aux auteurs des textes, par ordre d’apparition :

Joachim Séné, Marie-Yolette, Farmer, Christophe, Mimi, Guillaume Apollinaire, Nono, Boubi, Hélène, Rui, Blanca, Sei Shonagôn, Emilie, Marie-Thérèse, Françisca, Laurent Margantin, Nel, Georges Perec, Andre, Josée Marcotte, Daniela, Mirko, Violete, Maria, Lirighete.

Télécharger le texte en pdf : On n’entend pas comme on écrit

 

Une vie


Le 6 février 2013

 Joachim Séné

Je veux voter pour le meilleur parti politique, le plus léger, le plus rapide, le plus ergonomique, au forfait le plus compréhensible, le plus souple et le mieux adapté à mes besoins uniques et personnels, sur le réseau le plus rapide, le plus moderne.

Je veux le meilleur prêt à la consommation, le plus confortable, le plus design, le plus sécurisant, le plus économique, hybride, le plus proche de moi et de mes proches.

Je veux le meilleur café, le plus loin, le plus dépaysant, le moins touristique, le plus aventureux, le plus chaud, le mieux organisé à mes besoins respectueux de l’environnement et des indigènes, et le moins cher, avec la meilleure assurance annulation et la meilleure assurance rapatriement, je veux le café robusta le plus unique.

Je veux également le meilleur produit d’entretien, sol et plafond, tout risque, pour l’habitation et la vie, l’auto et la santé, l’incendie et la personne, incluant responsabilité civile et prévoyance, aux meilleures conditions et au meilleur tarif, le plus décapant.

Je veux le meilleur canapé-lit, le plus complet et le plus avantageux, le plus rentable, un vrai placement sur l’avenir, je veux le meilleur avenir.

Je veux la meilleure assurance-vie, la plus convertible, déhoussable et lavable, la plus robuste et la plus neutre pour aller dans tous les salons de toutes les maisons de toutes les vies dans lesquelles j’irai vivre.

Je veux la meilleure voiture, au meilleur taux, aux meilleures conditions, aux meilleurs points fidélités, pour me permettre d’acheter en composant un simple code simple comme un coup de volant les meilleures produits, les plus récents, les plus en vue, sans engagement et sous réserve des conditions d’acceptation.

Je veux le meilleur smartphone, le plus acidulé, le plus équitable, le plus bio, le plus fort, le plus excitant, le plus noir, le plus mousseux, avec le meilleur processeur, et l’écran à la pression la plus forte.

Je veux le meilleur séjour de vacances, le plus vert, le plus jaune, le plus lavant, le moins nocif, le plus générique, le plus tueur de bactéries.

Je veux la meilleure chemise, la plus synthétique, la plus importante, la plus partagée, la mieux décryptée et la plus compréhensible, découpée, taillée, cousue, par le spécialiste le plus connu et le plus reconnu, le plus pertinent et le plus impertinent, qui délivre de la meilleure diction la chemise taille 41-42 la plus percutante et la proche de moi et la plus mondiale.

Je veux le meilleur pull-over à col roulé, le plus littéraire, le plus romanesque, le plus distrayant, le plus prenant, le plus drôle, le plus grave, le mieux écrit et le plus lisible, le plus important, de la meilleure laine, la plus lue, la plus classique, la mieux critiquée, je veux le pull-over le plus vendu et le mieux adapté au cinéma.

Je veux le meilleur diplôme, le plus chaud, le plus doux, le plus lavable sans rétrécir.

Je veux le meilleur livre, le mieux coupé, le plus droit.

Je veux le meilleur spectacle de music-hall new-yorkais, avec les plus belles couleurs ou les noirs les plus profonds, le plus à la mode, au col le mieux amidonné, aux boutons les mieux cousus et les plus solides, le spectacle le plus facile à repasser, sans formaldéhyde et le plus sexy.

Je veux écouter les meilleurs tubes, les plus belles chansons, celles qui ne tombent pas, celles qui ne serrent pas, les plus chaudes et les moins transpirantes.

Je veux la meilleure cravate, dans le meilleur établissement aux taux de réussites les plus hauts, avec les motifs donnés par les meilleurs professeurs, aux équipements les plus modernes, délivrant le style le mieux coté.

Je veux le meilleur caleçon, le plus raisonnable et le plus honnête, le mieux organisé et le plus éloquent, le plus éclairé et le plus franc, formé d’une élite formée dans les meilleures écoles et sur les meilleurs terrains, aux parcours les mieux indiqués et les plus enviables, pouvant contenir les carrières les plus vertueuses et les plus variées, le caleçon qui répond de lui-même aux questions les plus pertinentes, les mieux posées, dans les circonstances les meilleures et les pires, dans l’alternance ou dans l’opposition, et retour.

Je veux être le meilleur citoyen, le mieux intégré, le plus informé, le mieux éduqué, le plus volontaire et le mieux cultivé, le plus facile à nouer et à dénouer, je veux être celui au meilleur salaire et aux meilleures compétences, au meilleur poste à l’âge idéal, au meilleur poste dans la meilleure entreprise à taille la plus humaine possible, il suffit de mesurer, dans le meilleur service, avec le meilleur projet pour le meilleur client, et la meilleure équipe et les meilleures horaires et les avantages les plus avantageux.

Je veux être ici, à la meilleure place possible dans le meilleur des mondes possibles qui est celui-ci à n’en pas douter et je me battrai pour ça, s’il le faut jusqu’au sommeil.

Je veux la meilleure vie.

Je veux obéir.

 (Le site de Joachim Séné est ici)

Une vie

Mercredi 13 février 2013

Mimi

 Je veux le meilleur scientifique du monde,

je veux la meilleure fondue de la Suisse dans l’hôtel le plus huppé dans la grande ville avec des gens normaux, avec des chambres splendides et une piscine,

je veux la paix dans le monde, que les hommes s’aiment qu’ils se respectent les uns les autres,

je veux une machine à café qui fait tout qui se programme pour faire le lait au cacao, toutes sortes de boisons,

c’est l’été je veux planter des légumes dans mon jardin, de toutes les couleurs, qu’ils m’apportent de la joie dans le corps et dans l’assiette, pour faire plaisir à des amis,

je veux que la terre devienne fertile pour qu’il n’y ait plus de faim sur la terre,

je veux la meilleure brosse magique pour les cils, et si cette brosse fait pousser les cheveux comme je veux quand je veux, courts, rouges, jaunes, orange, violets, noirs, et si les choses deviennent faciles, le monde pourra devenir meilleur et moi aussi.

Une vie

Mercredi 13 février 2013

Marie-Yolette

Et si l’on rendait les bonnes choses encore meilleures ?

Pour mener à bien ce projet je veux la meilleure crème soyeuse régénération intense,

je veux la meilleure robe facile à plier,

je veux la meilleure salle de cinéma pour bien regarder,

je veux la meilleure marque pour mon visage,

je veux le meilleur avantage.

Une vie

Je veux 6 mois sans insecte, sans tache ni odeur.

Je veux passer des vacances à la montagne tranquille.

Je veux une bonne crème, pour une peau éclatante de beauté.

Je veux la beauté et la confiance en moi.

Maria

Une vie

Je veux une nouvelle berline, avec le dynamisme sous sa plus belle forme.

Je veux un hâle sublime qui soit automatiquement réussi.

Je veux boire pour mon anniversaire un champagne blanc, frais et fruité.

Je veux une montre swiss made qui mérite son nom, avec son boîtier à quatre composants.

Je veux une nouvelle lumière pour mes lèvres, avec une couleur vibrante et ultrabrillance.

Je veux un teint naturel, avec l’association spéciale de pigments de couleur pour permettre un ajustement parfait à la carnation naturelle de ma peau.

Je veux un produit idéal pour éviter les piqûres et désagréments de l’été.

Violete

Une vie

Je veux le meilleur vin, le moins cher, pour des plaisirs variés.

Je veux une boisson avec des fruits puisque l’alcool est dangereux pour la santé.

Je veux une meilleure vie avec du gaz naturel pour vivre sans pollution.

Je veux de meilleures conditions de travail et une vie plus simple.

Je veux économiser du carburant et changer les pneus.

Je veux une meilleure communication, avec un nouvel I Pad simple et rapide.

Je veux un nouveau moteur, pour le plaisir au quart de tour.

Je veux une très bonne montre avec quatre montres en une et plus encore.

Je veux un grand et nouveau monospace, pour une famille nombreuse et beaucoup d’espace.

Je veux le meilleur épilateur pour les filles, avec le pouvoir apaisant de la glace pour des jambes douces longtemps. Oui, moi aussi, je le veux !

Mirko

Une vie

Je veux le meilleur gloss, un rouge à lèvres Pure Color Crystal.

Je veux passer des vacances au bord de la plage.

Je veux les meilleures bottes, qui donnent du style à la vie.

Je veux une meilleure veste de qualité, confortable et chaude avec le meilleur pantalon.

Je veux une crème pour la peau sèche.

Je veux moins de graisse.

Daniela

Une vie

Je veux une crème pour la peau mature et exigeante.

Je veux de meilleures lunettes, un meilleur sac, le meilleur fromage aussi.

Je veux une belle nature.

Je veux une belle vie avec ma fille.

Je veux une meilleure assurance tout en un pour mon entreprise.

Je veux un chat persan, le préféré des Français.

Je veux le gaz de France, le meilleur possible, le plus simple, en appelant le conseiller gaz de France pour tout savoir sur les solutions gaz.

Je veux les solutions les plus naturelles, les plus performantes, avec chaudière à condensation, pour plus de confort et plus d’économies, avec des solutions de financement adaptées à mon budget.

Je veux stopper les fourmis et les cafards dans ma cuisine.

Je veux une montre avec boîtier en or rouge 18 ct et lunette en céramique.

Je veux le meilleur vin rouge, aux arômes épicés pour le plat principal.

Je veux un vaste assortiment dans lequel je trouverai toujours le vin qui me convient, quels que soient mes projets culinaires.

Un veux un hâle sublime sans étaler et automatiquement réussi.

Je veux un rouge à lèvre avec une couleur vibrante, ultrabrillance, et une nouvelle lumière pour mes lèvres.

Je veux aller à Appartenances parce que me m’y sens bien.

Lirighete

243 cartes postales en couleur véritable

A l’occasion d’un atelier d’écriture épistolaire initié par la bibliothèque municipale d’Yverdon-les-Bains, près de 243 cartes postales en couleur véritable ont été écrites avec Georges Perec en octobre et novembre 2012 dans les cours de l’association Lire et Ecrire, au Brassus, à Orbe, à Payerne et à Yverdon. De ces textes est né un Cabaret Timbré, le 5 décembre 2012 à l’Echandole.

Voir la vidéo du Cabaret Timbré sur le blog de la bibliothèque municipale

Par ailleurs, des cartes écrites par les apprenants étaient exposées à la bibliothèque…

photo

photo 2 bibli

photo bibli 3IMG_0170_2IMG_0171

Cabaret timbré 1/4

 

Je suis à l’Echandole. Je suis en train de voir un spectacle. Il y a du monde. C’était gratuit, l’entrée. Je rentre dans une heure.

Bons baisers de Copacabana. On dort le matin. On va à la plage l’après-midi. La belle vie.

On est aux Maldives. Le voyage s’est bien passé. Les plages sont magnifiques. Il y a beaucoup de poissons colorés. On se réjouit de vous revoir pour tout vous raconter.

Nous voilà au Kenya. Du soleil et de la pluie tous les jours. On regarde la faune sauvage la journée. On mange la gazelle le soir. On rentre dimanche.

Nous sommes en pleine forêt. A la Vallée de Joux. Il fait chaud. On est à la recherche des champignons. Les enfants s’amusent bien. A bientôt.

Je suis à Chavornay. Il fait beau. Je vais à la fête des tortues. C’est magnifique. Il y a à manger et à boire. A bientôt. Bisous.

Là je me trouve dans une petite ville très charmante : Yverdon-les-Bains. Une jolie petite plage où on peut faire du volley. Et le paysage est très fleuri. Je visite les monuments. Je reviens dans 2 jours. Bises

On est au camping d’Orbe. Il y a une belle piscine. Je me promène dans la nature. Mille pensées.

Coucou. je suis à  à la rue du Lac. Je fais les magasins. Il fait beau. Bisous.

Nous voilà à Munich. J’adore. La ville est magnifique. Partout il y a plein de monde.Tellement de choses à voir. Gros bisous à tous.

Nous sommes à la plage d’Yverdon. Avons fait connaissance avec tout plein de gens charmants. On fait des grillades, saucisses de veau. Des enfants jouent à la corde à sauter. On revient bientôt.

Bonjour, je suis à Payerne. Le temps est magnifique. Je vais bien. Je fais du foot. Ciao, à bientôt.

Je t’écris de la bibliothèque municipale d’Yverdon-les-Bains. Il fait sombre et froid.

je lis et j’écris beaucoup. Du Panofsky ! Je pense à toi tout le temps.

Salut, je suis au Portugal. La pluie tombe beaucoup, tous les jours. Je regarde un beau paysage vert et marron. On mange de bons haricots avec beaucoup de plaisir. Mille bisous et à bientôt.

On est à l’Hôtel de Ville. Bien confortable. Belle vue. J’ai passé l’après-midi sur internet. Bisous.

Bonjour d’Appenzell. Il pleut. Visite d’un Musée. On mange du fromage. A bientôt.

A Lucens, un petit village. Il y a 2700 habitants. Il y a la Coop. La banque. La pharmacie. Le médecin et l’école.

On est à l’Echandole. A voir un très bon spectacle de musique. Ça va finir à vingt-deux heures. On arrive vers minuit. On pense à vous.

Cabaret timbré 2/4

A l’Echandole. Il fait chaud dans la salle. Nous regardons un théâtre. Il nous fait rigoler. A bientôt.

Bonjour, je suis aux Açores. Le climat est tropical. La mer est très belle. Je marche. Mille pensées.

On est à Paris. Très beau temps. La belle vie. Les musées sont intéressants. On pense à vous.

Nous sommes en Italie. J’adore la langue italienne. Kiss.

On est à la gare d’Yverdon. Le buffet de la gare fait de belles crevettes chaudes. J’ai pris 2 kilos. On est très bien. Mille pensées.

Hello! Devinez où je suis! A la Broye vers Payerne. Je déguste les bons saucissons avec un vin payernois. Mon dessert, gâteau payernois avec de bonnes noix à l’intérieur. Ensuite visite de la ville. Il fait beau. Je profite. A plus. Bises

Un petit coucou de Fribourg. Une très belle journée pour se promener. On marche beaucoup, On va manger la fondue à « La Gruyère ». Ciao. A ce soir.

Je me trouve dans une petite rue où j’aperçois des petites terrasses très charmantes. Vue sur une statue qui s’appelle Pestalozzi. Je déguste des petites salades. Je pense à vous.

Salut. Je suis à Porto. Je visite des châteaux. Je mange de bons gâteaux. Je pense à vous. A bientôt.

Je suis à Yverdon. Il fait super beau. Je suis très heureux. Le concert de Heavy Metal était magnifique. A très bientôt.

Bonjour Maman. Ici à Montagny, le temps n’est pas fantastique. Grand-maman est presque chiante. Je vais m’ennuyer encore deux jours et je rentrerai.

On est au parc japonais. Je fais beaucoup de connaissances. J’aime bien le petit lac artificiel : on se croirait à Genève. C’est calme. A bientôt.

Salut. Nous sommes en vacances à la montagne. Il fait beau. On est très bien. J’ai pris plein de crevettes. On revient la semaine prochaine. Mille pensées.

Me voilà à la Vallée de Joux. Il neige! C’est magnifique. La couleur verte est partie . C’ est le blanc qui la remplace. A bientôt !!!

Un petit mot du refuge du Sapin. Il fait faim. Les grillades cuisent tranquillement. Mille pensées.

Halo. On est à Cartagena. Il fait beau temps. La mer est calme pour les enfants. Nous sommes très contents. A bientôt.

Je suis à Montreux. Il pleut un peu. Je suis à l’abri, au théâtre. Le concert est très relaxant. Mes salutations.

Depuis le Brésil. De nouveau près de la mer. Belles nanas. Je me suis fais plein de copines. Je rentre le 5.

Je suis rue du Milieu. Je me promène. A bientôt.

Je suis à Torgon. Il neige. Les pistes sont bonnes. On mange une fondue. Bisous.

Je suis à l’Echandole. Je participe au spectacle que notre fils va nous présenter. Il y a beaucoup de monde. Tout est plein. Il n’y a plus de places. On va se voir dimanche. A bientôt.

Cabaret timbré 3/4

On est à l’Echandole. C’est curieux. Le spectacle est féerique. Je pense à vous.

Je suis à Lisbonne. Je suis très fatigué du voyage. Ça sent bon. Je suis rentré chez moi. Je reviens vite.

Je suis à l’Echandole. Je regarde le théâtre. J’ai mal aux pieds. Il fait chaud. A bientôt.

Hello. Je suis à Panama. Un petit pays très pratique. Un style américain. Comme je l’aime beaucoup. Bise.

De retour chez moi. Les pieds sur terre. Rien n’a changé. Retrouvé mon chien. Viens me voir !

Nous sommes allés à la place Pestalozzi nous balader. Nous avons bu un verre. Nous avons commandé deux cafés. Il faisait chaud. A bientôt.

Un petit mot de Payerne. Il fait mauvais temps. On est très mal. Je ne fais rien. On ne rentre pas.

Je suis en Espagne. Madrid est un village très grand. Et joli. Je vous embrasse.

On est à la rue des Uttins. Très grande usine Stoll. Il y a beaucoup d’entreprises. J’aime bien le Coyote. C’est spécial. A bientôt.

Paris est belle. On se promène par la ville. On s’amuse. On regarde les magasins. Salutations.

Je suis au Jardin japonais. J’ai pêché un poisson rouge. Je rentre le week-end prochain.

On est à la rue de Montagny. Le quartier est calme. Très spécial, le petit stade en copeaux. A bientôt.

Tu pourras pas le croire. On est sur la lune. On se promène tout doucement. Le terrain est plein de trous. On mange de la lunacic. C’est une spécialité d’ici. La prochaine fois, on viendra ensemble.

Maintenant à la rue des Uttins. C’est le moment de faire la sieste. J’ai bien mangé au restaurant. J’ai rencontré un pote. A tout à l’heure.

Bonjour, je suis en vacances rue de la Cannelle. Le voyage a été bon. Joli. Beaucoup de pluie ! Bisous.

Depuis Croy. Je trempe l’hameçon au bord du Nozon. On tombe sur une forêt de champignons. On se régale. Salutations.

On est au Cap-Vert. Les gens sont tous très très gentils. A bientôt.

Je suis à la rue du Four. Je me promène. A bientôt.

Nous nous sommes arrêtés au col du Saint-Bernard. Il faisait beau. Nous avons repris la route direction l’Italie. On pense à vous.

Un petit mot de Lully. On est très bien. La maison est grande. On fait des grillades. On pense beaucoup à vous.

On est au Grand Hôtel d’Yverdon-les-Bains. Temps merveilleux. On va aux bains thermaux. C’est beau ! Ah, la couleur bleu. La chambre est jolie. Mille pensées.

Salut mon amour. Je suis bien. Aujourd’hui, je vais visiter le château à Yverdon, rue Pestalozzi. Tu me manques. Gros bisous.

Beverly Hills. Le temps est extraordinaire. Je fais du shopping avec les stars de cinéma. On va visiter Hollywood. Salutations.

Aujourd’hui, c’est lundi. Je suis à Paris. Il fait très chaud. Il y a beaucoup de monde à Paris. Je mange beaucoup de crevettes. Je fais les magasins, j’achète beaucoup d’habits. A bientôt.

Salut à tous ! Je suis dans la Broye. Vive Payerne ! Superbe abbatiale située en plein centre ville. Visite du musée artistique. Visite de la Broye. Bonne promenade et un magnifique beau temps. Aucun nuages. A bientôt. Bisous.

Je suis à l’Echandole. A la salle de théâtre. C’est très joli. Je vois les musiciens qui jouent de la musique. Il y a beaucoup de gens qui regardent. C’est très joli. J’aime.

Je te laisse. Je te fais de gros bisous.

Cabaret timbré 4/4

Je suis à l’Echandole. Avec des amis. Ce soir j’écoute de la musique classique et du théâtre. Pour la tranquillité, c’est idéal. J’adore être dans cette petite salle si paisible, et calme. A bientôt. A la semaine prochaine.

Coucou mon cher frère. Je pense toujours à toi. Moi je vais bien. Je suis à la plage d’Yverdon.

Bonjour de Rimini! On va à la plage. Il fait très beau. Le temps est superbe. Bisou.

On est à Tarafal. Plage magnifique. Le soleil brûle. Bisou.

On est à Lucerne. On pêche des poissons.

Une carte de Strasbourg. Il fait beau. Je mange de la choucroute. Je visite la petite France. Gros bisou.

Nous campons près du Sentier à la Vallée. Temps merveilleux. On se promène au bord du lac. On a mangé le fameux vacherin. Pensées amicales.

En vacances au Portugal. Il fait un gros soleil. La mer est calme. Une vie de rois. Je t’embrasse.

Je suis à la route d’Yverdon. Le temps est mauvais. Je m’amuse bien. Je rencontre des amis. On pense beaucoup à vous.

On est au stade du F.C. Bale. Cette nuit, il fait un peu froid. Le stade est plein de monde. Je rencontre un ami de longue date. Superbe. Je pense à toi.

Bonjour. Je suis à Yverdon-les-Bains. Sur la rive du lac de Neuchâtel. Il fait bon. Un tour en ville. Voir le château et les bains. Il fait beau. Bisous.

Dernière demeure. Ambiance douce et feutrée. Les anges s’occupent bien de moi. Je découvre le paradis. Je ne reviendrai pas.

Salut toi, comment ça va ? Je voulais te dire qu’à Yverdon il y a des boutiques formidables. Il faut que tu viennes une fois avec moi !…

Je suis à Hirondelle-les-Pivoines. Les vacances se passent bien. Je m’amuse. Je danse. Je fais la fête. Je me réjouis de vous voir. N’oubliez pas d’arroser les plantes ! Merci. Je vous ramène des boissons. Bises.

On vient de voir une montée d’alpage dans notre ruelle. Trop cool ! A plus.

Salut. Il fait très beau à Payerne. Le temps est chaud. A bientôt.

Je suis à Chevroux. Beau temps. On est à la plage. On bronze. A dans une semaine.

On visite la ville d’Orbe. C’est une ville romaine. Les petites ruelles sont toutes bien fleuries. On pense à vous.

Salut ma puce, je suis bien arrivée avec le train à Yverdon. Je vais visiter le château. C’est très intéressant. A la semaine prochaine.

Je suis à la rue d’Orbe. Il fait beau. Endroit bien propre. J’ai couru pendant trente minutes. Je rentre.

Paris est belle. On se promène par la ville. On s’amuse. On regarde les magasins. Salutations.

On est allés marcher dans la forêt. Nous sommes tombés nez à nez sur le Mont-Blanc. Trop beau ! On rentre le 30.

Heureux à la rue de Bel-Air. Il fait beau. Je vais à la plage. J’ai fait du foot. A plus.

Cette fois, à Madrid. Beau temps. Ville immense. Gens très sympathiques. A bientôt.

On est à la maison. On est restés au lit.

On est à l’Echandole. Les lumières se sont éteintes. Je suis bien. Je voyage au son de la voix du comédien. Que de beaux endroits. C’est fini. Dommage. On reviendra.

Arbia Suzy Roseline Luciano Thérèse Anne Asuma Ifakete Violete Ana Hurija Andre Edmilson Christine Louise Michel Lucinio Marie-Thérèse Françisca Emilie Christophe Mario Lionel Josefa Françoise Angelo Amelia, Verena Franco Luz Isabel Marlen Manuel Gordana Emilia Cédric Nicolas, Samuel, Nathalie, Marcel, Gérald, Carlos Régine, Mirjana Lalla Paul Gordana Sandra Susana Joaò Elisabete  Rosa :

Merci !