Rue du Collège

Farmer

Lundi 23 janvier 2012

Rue du Collège

Ici Berlin centre d’adaptation de lentille de contact. Entrée.

ça me rappelle un voyage que nous avons organisé avec des copains. Nous avons décidé de partir à Berlin parce que le mur de l’est venait de tomber. c’était au mois de novembre 1989, j’avais exactement dix-neuf ans et mes copains par-là autour. Nous sommes un peu partis sur un coup de tête, sans préparation nous n’avions pas réservé d’hôtel, juste nos billets de train. Nos parents nous ont amenés au départ du train d’Yverdon, ensuite armes et bagages, bouteilles de Bonvillars, nous montâmes dans le train en direction de Berlin. Ce que je me rappelle vraiment c’est que nous avons bien fait la noce pendant le trajet, je crois qu’il y a jusqu’à Berlin environ mille deux cents kilomètres, c’est approximatif de ma part. Arrivé sur place c’était un vendredi, nous avons visité l’Allemagne de l’est, c’était impressionnant de passer d’un côté de l’autre, on aurait dit qu’il y avait cent ans de différence. Ensuite le soir à l’ouest, nous sommes allés en métro au centre-ville pour manger et faire la fête et draguer les filles car nous étions là aussi pour cela. Après une soirée bien arrosée sans oublier le trajet, nous commencions à être très fatigués, nous avons commencé à chercher un hôtel, mais il y avait tellement de monde que c’était impossible de trouver un endroit pour dormir, nous sommes allés voir à la gare mais tout était plein, les gens dormaient à même le sol car c’est le seul endroit où c’était chauffé. Pour finir autour de deux heures du matin nous nous sommes enfilés dans un cinéma porno, car il tournait vingt-quatre heures sur vingt-quatre. C’était un peu bruyant mais nous étions tellement fatigués que nous avons tous dormi environ quatre heures. Par la suite nous sommes allés au Mac Donald. Enfin ce voyage m’a marqué, parce que si vous n’avez pas d’endroit pour dormir et que vous vous trouvez dans une grande ville, ça n’est vraiment pas évident car vous avez cette sensation d’être abandonné et seul, par exemple même les couloirs d’immeubles ne sont pas accessibles à la population.