Je me souviens

Farmer

Lundi 28 novembre 2011

Je me souviens d’un vêtement ou d’un accessoire

Je me souviens au militaire quand j’ai touché mes habits.

Je me souviens d’avoir reçu au football pendant un match le brassard de capitaine.

Je me souviens d’avoir touché pendant l’école mes nouvelles chaussures de foot.

Quand je suis arrivé à l’école de recrues à Bière c’était en automne, il ne faisait pas très chaud, nous nous sommes rassemblés dans la cour, nous étions une centaine, ensuite nous nous sommes répartis en plusieurs groupes, environ quinze personnes par groupe. Dans le groupe avec qui j’étais nous sommes passés en premier les uns derrière les autres pour toucher nos vêtements, chaussures, sac, veste, souliers, pantalons, et d’autres vêtements ainsi que du matériel. L’arme dans laquelle je m’étais engagé est la mitrailleuse, j’ai pu faire beaucoup de connaissances et nous avons fait une bonne école de recrues. Concernant les habits, il y en avait pour le combat couleur forêt, avec les habits de pluie, ensuite pour le travail interne nettoyage de la caserne et des armes, ceux-ci étaient de couleur grise. Après il y avait la tenue pour la formation sur les armes ou les déplacements qui était de même couleur que la tenue de combat. La dernière tenue c’est la tenue de sortie, celle-ci est de couleur grise assez élégante tout en restant militaire. Le gros défaut de toutes ces tenues, c’est que l’on passait au biribi, cela consistait à être dans la cour en général en tenue de sortie, ensuite le commandant nous disait que le travail durant la journée n’avait pas été fait correctement. Alors d’un ordre énergique changement de tenue, tenue bleue c’est la tenue de travail trois minutes, si nous étions de nouveau en retard on recommençait jusqu’à ce qu’on arrive dans les temps ! Cela était vraiment difficile pour les nerfs.

Publicités

Je me souviens

Marie-Thérèse

Lundi 28 novembre 2011

Je me souviens de mon arrivée en Suisse

Quand je suis arrivée en Suisse c’est mon frère qui m’avait accueillie, il habite à la vieille ville de Lausanne. Le même jour il m’avait emmenée dans les magasins, j’ai été surprise de voir beaucoup de choses et propres, ça m’avait étonnée de voir toutes ces choses-là, les habits et les chaussures et les appareils. Et moi il me manquait tout, je n’avais pas l’argent pour acheter les choses que je voyais. C’est là que j’ai commencé à avoir des soucis !

Je me souviens

Boubi

Lundi 28 novembre 2011

Je me souviens d’un vêtement ou d’un accessoire

Ma grand-mère travaillait dans un grand magasin qui s’appelait …, elle a commencé comme vendeuse au rayon des jouets, au fil de ses années de travail elle a gravi les échelons de la hiérarchie jusqu’à devenir cheffe de rayon. Au fil de ces années elle voyageait dans le monde entier pour trouver des jouets originaux pour sa filiale. Mon frère et moi nous bénéficiions de ses trouvailles et rendions nos amis jaloux. Ma grand-mère habitait à Neuchâtel où je passais la plupart des vacances scolaires, elle nous gâtait beaucoup avec de petites choses, comme par exemple le choix des repas. Le matin nous nous réveillions au chant du coq pour partir en forêt, pour faire des promenades, nous faisions le pic-nique sur place. Le soir venu nous rentrions à l’immeuble où elle habitait. Avant le souper ma grand-mère tricotait des chaussettes ou des pulls. Un soir de vacances je lui ai commandé une écharpe aux couleurs du Genève Servette HC, un pull qu’elle fit avec une laine blanche avec des manches en forme de chauve-souris, je l’ai reçu pour mon anniversaire, il était d’une originalité incroyable. Que tu me manques ma chère grand-mère Berte aux longs pieds je t’embrasse affectueusement, Boubi.

Je me souviens

Nono

Lundi 26 septembre 2011

Je me souviens d’une ballerine rouge que j’avais quand j’étais au Cap-Vert.

Je me souviens d’un sac-à-dos que mon père m’a ramené de Hollande.

Je me souviens d’une boucle d’oreille argentée que mon frère m’a donné quand j’étais petite.

Je me souviens de ce sac-à-dos que mon père m’a apporté de Hollande. J’étais à l’école, les enfants m’ont appelé et m’ont dit que mon père était venu de Hollande, j’ai couru à la maison, c’était la fin de l’après-midi, je l’ai embrassé, il m’a dit je t’ai apporté le cadeau que tu m’as demandé. Le lendemain il me l’a donné, c’était le plus beau cadeau que j’avais reçu jusque-là, et j’étais très contente.

Mais c’était dommage parce que mon père ne restait que quinze jours au Cap-Vert, après il devait retourner à son travail en Hollande, à la recherche d’une vie meilleure pour sa famille.

Je me souviens

Marie-Thérèse

Lundi 26 septembre 2011

Je me souviens d’avoir acheté le sac.

Je me souviens de ma souffrance.

Je me souviens d’avoir acheté ma robe.

Je me souviens de cette souffrance parce que nous les femmes ne pouvions pas acheter des chaussures, mais les hommes y arrivaient parce que notre père les mettaient à l’école, eux ils arrivaient à acheter des chaussures.

Cette souffrance, je l’avais parce qu’en Afrique au Cameroun dans mon village on était……….  chez notre père.

Je me souviens

Blanca

Lundi 26 septembre 2011

1) Je me souviens dans les années 1960 d’avoir acheté une blouse en soie de couleur verte et des souliers très chers, avec mon premier petit salaire.

2) Souvenirs de cette blouse verte achetée dans une boutique à Santiago, capitale du Chili: j’étais très fière, mais quelques temps après, j’ai eu mal au coeur, car il y avait d’autres filles qui ne pouvaient pas s’ en acheter.

3) Je suis née au sud du Chili (vers la Terre de Feu). Mes parents m’ont envoyée à la capitale Santiago chez notre famille qui était économiquement bien avec l’argent, où j’ai pu me scolariser; à la capitale Santiago du Chili.